src="http://www.websiteribbon.com/banner.gif " alt="banner ad"

mercredi 19 juillet 2017

#CHRONIQUES: Les pluies - Fils d'Antigone - Les belles vies - Sauveur & Fils saison 3


Je reviens, après plusieurs mois d'absences, pour un premier condensé de chroniques des romans que j'ai lus pendant cette pause ! 
J'espère que ce format vous plaira, n'hésitez pas à me dire ce que vous en pensez !




LES PLUIES - Vincent Villeminot 
Éditions Fleurus - 16,90 € - 340 pages - Septembre 2016
Service de presse 

 
"T'écrire, c'est pour moi une façon d'espérer ne pas vous perdre tout à fait. Ne pas nous perdre." (p.165)


Vincent Villeminot, auteur chaleureux et étonnant, nous offre un récit d'anticipation climatique, avec de larges résonances sur notre monde actuel. 
La pluie est l'élément déclencheur de cette intrigue: elle envahit les pages de ce roman, sépare les familles et les amants,  et symbolise aussi bien réchauffement climatique que crise des réfugiés. Autant de questions politiques et environnementales ancrées dans notre actualité, que nous pose l'auteur à travers le regards d'adolescents. Les visions d'une même situation sous différents angles donnent encore plus de puissance aux sujets abordés dans ce roman.
Un ouvrage haletant qui se lit avec passion, et dont la suite arrive en septembre...
  


FILS D'ANTIGONE - Irène Cohen-Janca
Éditions Rouergue (Doado) - 8,50 € - 76 pages - 2016
Service de presse

 "Rien ne survit à la mort, Nat.

Si. Les vivants. La mémoire des vivants. Et j'ai besoin moi de le savoir en terre dans la protection de la terre et de l'obscurité pour continuer à le faire vivre." (p.28) 


Court roman de l'excellente collection Doado, d'une non moins reconnue et célèbre auteure jeunesse, Irène Cohen-Janca
Son écriture est ciselée, direct, brute et vibrante. Les mots claquent, s'entrechoquent, ils sont rythmés comme un slam.
Ils servent la cause des morts, ceux dont la mémoire ne subsistera qu'à travers les vivants.
C'est en s'inspirant de l'héroïne tragique Antigone que Nat va mener un combat acharné pour faire enterrer son père. Non pas incinérer mais enterrer, tel quel, car : "J'ai besoin d'un rendez-vous à heure fixe. Je veux apprivoiser sa mort comme le renard veut être apprivoisé par le petit prince. Alors il faut du temps, beaucoup de temps et un lieu de rendez-vous." (p.27)
En me replongeant dans ce roman pour vous écrire ces quelques lignes, j'ai compris l'ampleur de sa beauté profonde et cruelle, et de la résonance qu'il a eu en moi. 
Je sais que je ressentirai le besoin de me replonger dans Fils d'Antigone un jour, comme un besoin vital, pour retrouver la poésie de ces pages. 



LES BELLES VIES - Benoît Minville
Éditions Sarbacane (Exprim') - 15,50 € - 231 pages - 2016
Service de presse

"Ce que je peux humblement vous conseiller, quand le torrent des émotions est trop difficile à endiguer, c'est de peser ce que vous avez comme bonheur et comme malheur, et d'essayer de les faire cohabiter. Il vous faut préserver des petits moments de joie dans le tragique de la vie, ils sont à vous." (p.111)

Un roman sur l'été, un roman pour l'été, par le rock'n'read... Benoît Minville !
Des adolescents qui se construisent, qui s'affrontent, qui s'aiment, qui s'acceptent, petit à petit, dans un récit lumineux et vivant. 
Des dialogues ciselés tels une pièce de théâtre, la pension pour enfants de Passy comme décor.
Ce récit est à l'image de de la (magnifique) couverture: une bouffée d'air frais, un saut dans l'inconnu, la crainte d'éclaboussures mais toujours la promesse de nouveauté et d'un renouveau effrayant bien que prometteur !
Je garde de cette lecture un excellent souvenir: rire, émotions, des chapitres qui filent sans qu'on s'en rende compte, beaucoup de joie et des personnages marquants ! 
Un feel-good-book façon parcours initiatique, sur des enfants et adolescents aux vies compliquées. Une belle leçon de vie, qui montre l'importance et la difficulté de l'éducation, l'évolution d'un être humain en quelques mois, ainsi que les incroyables et inattendues trajectoires  de la vie !

La playlist de l'auteur: https://www.youtube.com/watch?v=W7KO95k_NWY&list=PLJVomRE1jWSRWl5ZoeJPsNdXOFLGwxOWb




SAUVEUR & FILS saison 3 - Marie-Aude Murail
Éditions L'école des loisirs (Médium) - 17,00 € - 318 pages - 2017
Service de presse 

"Passons passons puisque tout passe
Je me retournerai souvent
Les souvenirs sont cors de chasse
Dont meurt le bruit parmi le vent "
 (Cors de chasse, Apollinaire, p.120)


 C'est déjà le troisième tome de Sauveur & Fils, chronique familiale et professionnelle rocambolesque, aux personnages multiples, complexes et attachants. J'aime cette lecture touchante et son propos humaniste, écrite avec tact et talent par Marie-Aude Murail, auteure de mon enfance et qui ne m'abandonnera pas de sitôt... 
Entre humour et réflexion, dérision et poésie, les épisodes de la vie du psychologue Sauveur Saint-Yves, son fils et autres électrons libres gravitant autour de lui sont délicieux et à consommer sans modération !

Psychologie, petits drames et grands tracas, mais surtout de l'amour : la vie à l'état pur à lire en famille !

Marie-Aude Murail regarde beaucoup de films, et elle nous  conseille en fin d'ouvrage ceux qui l'ont accompagnée et inspirée tout au long de la rédaction de ce roman ! Jetez-y un œil ! 





 J'espère vous avoir donné envie de dévorer ces romans pendant cet été chaud et propice à la lecture !
Prenez soin de vous et de vos livres, à bientôt pour d'autres chroniques !

vendredi 7 juillet 2017

CINÉMA - Ava de Léa Mysius



Ava, c’est une brûlure, un récif, un désir, une urgence de vivre.

Un besoin d’aimer et d’être aimée, envers et contre tout ce qui pourrait nous empêcher de vivre pleinement ; la menace d’un chien qui rôde, la police toujours présente, une mère volage et insidieuse.
Ava, personnage éponyme du premier film de Léa Mysius, est une jeune fille de 13 ans, qui voit son champ de vision rétrécir jour après jour.
Un film d’été au bord de la plage, filmé sur pellicule, ce qui donne un grain si particulier à l’image et des couleurs vives mais déjà mélancoliques, qui portent les marques du passé tout comme l’histoire qui se déroule sur l’écran. Les plans sont composés de manière remarquable. Ce sont des tableaux, des accumulations orchestrées d’objets et d’indices qui marquent notre rétine par la sensibilité artistique et la beauté sauvage qui s’en dégagent.


Cet été, c’est celui de la première et dernière fois, un interstice trop éclatant avant que le rideau noir de jais ne se referme.
Nous pourrions d’abord croire que cette voie est sans issue, un traquenard qui ne peut être déjoué, la piste de sable chaud qui conduit vers une mort des sens lente et douloureuse. Mais le scénario est bien tranché, deux parties s’opposent et s’affrontent. D’un côté l’amertume d’une vie de famille désordonnée et faussement heureuse ; de l’autre l’amour impossible, la course folle, la liberté pour envoyer balader la fatalité crasse de la vie.
Et l’imaginaire, les rêves, les cauchemars, qui ponctuent le récit comme des respirations esthétiques et oniriques, jusqu’à devenir folie du réel.

Ava, une brûlure sous un soleil de plomb, une dernière danse rythmée par la symbolique chanson « Sabali » d’Amadou et Mariam.




"Ava" de Léa Mysius, sorti en salle le 21 juin 2017, avec Noée Abita, Laure Calamy et Juan Cano.

dimanche 19 février 2017

Youtube: INTERVIEWS ! ETINCELLES DE PLUME AU SLPJ DE MONTREUIL 2016


Vous êtes nostalgiques du SLPJ de Montreuil ? Vous souhaitez vous replonger dans ces quelques jours de dédicaces intensives, de rencontres joyeuses et vous aimeriez revoir les auteurs qui ont marqué la littérature jeunesse en 2016 ?

Si c'est le cas, alors suivez-moi ! Je vous ai préparé une vidéo dans ce salon en décembre dernier, et 8 auteurs se sont confiés (ou presque...) face caméra !

Au menu : Clémentine BEAUVAIS, Victor DIXEN, Coline PIERRÉ, Arnaud CATHRINE
Rebecca DAUTREMER, Fanny DUCASSÉ, Marion BRUNET, et Stéphane SERVANT

Je remercie ces auteurs pour le temps qu'ils m'ont accordé, au milieu de l'ouragan qu'est le SLPJ !

Ces quelques minutes que j'ai passées avec chacun d'entre eux ont été très riches en partage d'idées et surtout très chaleureuses !



Lien de la vidéo : https://www.youtube.com/watch?v=mYwfL09ty6Y 
 

Les sujets abordés sont évidemment la littérature, leurs goûts littéraires, ce qu'ils pensent du SLPJ, et parfois leurs envies de voyage sur Mars !
 
Marion Brunet et Arnaud Cathrine parlent dans leurs ouvrages de politique, d'engagement, de révolte, et ces interviews ont été l'occasion d'évoquer leur vision sur le monde et l'actualité.



Marion Brunet : "On est dans une période compliquée, assez sombre, mais parfois c'est dans les périodes assez sombres qu'émergent de la réflexion, de la colère, de la révolte."


Arnaud Cathrine : "Il va vraiment être temps d'être debout nuit et jour."

 

Pour mieux connaître les auteurs présents dans la vidéo, voici quelques liens et chroniques sur leurs ouvrages !

  • Clémentine BEAUVAIS 

Songe à la douceur


  • Marion BRUNET 


Dans le désordre

Ma chronique

  • Arnaud CATHRINE


A la place du cœur

-

Spectacle:


Frère animal - Second Tour

  • Coline PIERRÉ
Ma fugue chez moi

  • Rebecca DAUTREMER



Le bois dormait

  • Victor DIXEN

Animale: La prophétie de la Reine des Neiges

-

Phobos

  • Fanny DUCASSÉ



Le jardin des ours


  • Stéphane SERVANT
La langue des bêtes

 
Bon visionnage et bonne lecture !

samedi 18 février 2017

INTERVIEW RADIO LONDRES: Natalia Naidich, au coeur du Ballet Preljocaj


Je vous présente aujourd'hui mon premier article paru sur le site Radio Londres: mon interview de Natalia Naidich, répétitrice au Ballet Preljocaj ! 
Je l'ai rencontrée cet automne lors de la tournée de La Fresque, le dernier ballet d'Angelin Preljocaj.
Après un long travail de retranscription et de réécriture, je suis heureuse de pouvoir vous montrer enfin cette interview !

Natalia Naidich aborde de nombreux thèmes, comme ses débuts en tant que danseuse, son rôle au sein du Ballet Preljocaj et la vie de cette compagnie, l'écriture chorégraphique...
Ce fut pour moi une rencontre très enrichissante, et j'espère que cet article le sera pour vous aussi !


© Anne-Christine Poujoulat / AFP

Je vous invite également à découvrir les chorégraphies d'Angelin Preljocaj: ses ballets contemporains tournent dans le monde entier, et ce sont de magnifiques créations !
Preljocaj a également réalisé en 2016 le film Polina, adaptation de la bande-dessinée du même nom de Bastien Vivès.


Je tiens à remercier le Ballet Preljocaj et la Comédie de Valence d'avoir rendu possible cette interview et Natalia Naidich pour sa disponibilité, ainsi que l'équipe de Radio Londres pour m'avoir accueillie dans leur rédaction !


Pour lire cette interview, c'est par ici:  
 

http://radio-londres.fr/

vendredi 27 janvier 2017

NOUVELLE ANNÉE - 2017 - BILAN 2016


Une nouvelle année qui commence,
promesse de
rencontres réelles et virtuelles,
coups de cœurs littéraires, musicales, cinématographiques,
couleurs que l'on découvre, sentiments cachés qui ressurgissent,
mots qui s'échappent de nos doigts, rêves qui naissent à l'aube,
quelques désillusions et quelques déceptions aussi, 
mais surtout,
de l'espoir, de la passion, et des lectures, encore et encore.

Je vous souhaite à tous une excellente année 2017 !


Avant d'entamer ces douze prochains mois (plus que onze à présent), j'aimerais revenir sur l'année 2016 en quelques mots et images.

En 2016, j'ai ouvert un nouveau visage du blog: la chaîne Youtube. 
6 interviews, 70 abonnés, et plus de 6000 vues.
Merci à tous ceux qui regardent mes interviews !
 Et un grand merci aux artistes, The Pirouettes, Baptiste Lecaplain, Timothée de Fombelle, Emmanuel Noblet entre autres, qui acceptent de me donner un peu de leur temps face à ma caméra !

  Si vous souhaitez découvrir ces vidéos: https://www.youtube.com/channel/UCPZMN1olmFFNgF7OVZVaEQw/featured

 -

En décembre, je suis allée au Salon du Livre et de la Presse Jeunesse de Montreuil,
où j'ai rencontré de nombreux blogueurs et blogueuses, des éditeurs, et des auteurs évidemment ! 
Ce fut, comme chaque année, un week-end incroyablement riche en rencontres et en découvertes !
 J'ai pu rencontrer avec quelques blogueuses l'auteur Vincent Villeminot pour son roman Les Pluies, lors d'un petit-déjeuner de rêve: je remercie infiniment les éditions Fleurus pour cette rencontre !

J'ai d'ailleurs volé quelques minutes à 8 auteurs, pour leur poser des questions, entre deux dédicaces: un concentré de paroles de Marion Brunet, Arnaud Cathrine, Clémentine Beauvais, Victor Dixen, entres autres, que vous pourrez découvrir en vidéo dans peu de temps !

 Donc, restez connectés, ces interviews seront bientôt disponibles !

-

Pour finir, voici mon bilan lecture de l'année 2016:

J'ai lu 97 ouvrages, ce qui fait 20 929 pages lues en 12 mois.

Dix de ces lectures m'ont particulièrement marquées. 
Littérature jeunesse, contemporaine, ou classique; théâtre; ou bande-dessinée, ces œuvres vont plairont sûrement !


LA LANGUE DES BÊTES DE STÉPHANE SERVANT 
(éditions du Rouergue)



"Et c'est peut-être là qu'ils acquièrent leur vraie magie: quand nos propres mots nous submergent et font de nous des marionnettes de papier."
p. 245
Lien vers ma chronique 


PERSEPOLIS DE MARJANE SATRAPI
(éditions l'Association)






JOURNAL D'UN VAMPIRE EN PYJAMA DE MATHIAS MALZIEU
(éditions Albin Michel)



"La poésie est le dessert de l'esprit, l'humour en est le fruit."
p.221

Lien vers ma chronique


SONGE A LA DOUCEUR DE CLÉMENTINE BEAUVAIS 
(éditions Sarbacane)



Ce roman fait partie des sorties évènements de 2016: je lui ai d'ailleurs consacré une semaine en août, où j'ai chroniqué des romans qui ont inspiré Clémentine Beauvais pour Songe à la douceur.
(accéder à tous les articles "Inspirations littéraires de Clémentine Beauvais")

"Cette nuit, ces pensées sont la vérité même.
Or, pour une seule pensée,
être vraie même une seule fois,
même une seule nuit,
c'est déjà une prouesse."

p.68
Lien vers ma chronique


L’ÉCRITURE OU LA VIE DE JORGE SEMPRUN 
(éditions Folio)


"[…] il n’y a pas de mot en français pour saisir d’un seul trait la vie comme expérience d’elle-même. Il faut employer des périphrases. Ou alors utiliser le mot « vécu », qui est approximatif. Et contestable. C’est un mot fade et mou. D’abord et surtout, c’est passif, le vécu. Et puis c’est au passé. Mais l’expérience de la vie, que la vie fait d’elle-même, de soi-même en train de la vivre, c’est actif. Et c’est au présent, forcément. C’est-à-dire qu’elle se nourrit du passé pour se projeter dans l’avenir."


ANTIGONE DE JEAN ANOUILH
(éditions La petite vermillon)


"Marie-toi vite, Antigone, sois heureuse. La vie n'est pas ce que tu crois. C'est une eau que les jeunes gens laissent couler sans le savoir, entre leurs doigts ouverts. Ferme tes mains, ferme tes mains, vite. Retiens-la." 

Créon, p.91


CES RÊVES ÉTRANGES QUI TRAVERSENT MES NUITS DE STÉPHANIE LECLERC
(éditions L'école des loisirs)




"La réalité finit par nous rattraper, la bulle par éclater, et le monde finit toujours par tout dévorer. Pourquoi nos enfants seraient-ils heureux? Pourquoi réussiraient-ils là où nous avons échoué? On ne peut même pas le leur reprocher. On ne vaut pas mieux."
p.160

Lien vers ma chronique 


EUGÈNE ONÉGUINE DE POUCHKINE 
(éditions Actes Sud - Babel)

"Je serais triste de quitter Ce monde sans laisser de trace. Je n'écris pas pour qu'on me loue, Mais j'aimerais, comprenez-vous, Chanter mon sort et ma disgrâce, Et que mes vrais amis, les sons, Disent au monde ma façon."
XXXIX (p.89)

Lien vers ma chronique


RÉPARER LES VIVANTS DE MAYLIS DE KÉRANGAL 
(éditions Folio)



"[...] dans son bureau, au revers de la porte, il a scotché la photocopie d'une page de Platonov, pièce qu'il n'a jamais vue, jamais lue, mais ce fragment de dialogue entre Voïnitzev et Triletzki, récolté dans un journal qui traînait au Lavomatic, l'avait fait tressaillir comme tressaille le gamin découvrant la fortune, un Dracaufeu dans un paquet de cartes Pokémon, un ticket d'or dans une tablette de chocolat. Que faire Nicolas? Enterrer les morts et réparer les vivants."

p.140



L’ÉCUME DES JOURS DE BORIS VIAN 
(éditions Le livre de Poche)



"A l'endroit où les fleuves se jettent dans la mer, il se forme une barre difficile à franchir, et de grands remous écumeux où dansent les épaves. Entre la nuit du dehors et la lumière de la lampe, les souvenirs refluaient de l'obscurité, se heurtaient à la clarté et, tantôt immergés, tantôt apparents, montraient leur ventre blanc et leur dos argenté."
p.174

 Lien vers ma chronique


  JE VOUS SOUHAITE UNE EXCELLENTE ANNÉE ET DE MERVEILLEUSES LECTURES !

dimanche 8 janvier 2017

En grève ! de Mathieu Pierloot

"J'ai subitement eu envie de musique. Le Nizan me tombait des mains, et le silence me donnait envie de hurler. J'ai cherché un truc potable dans l'ordinateur de Mehdi. En parcourant son disque dur, j'ai une nouvelle fois été frappé par sa propension à écouter de la merde. Je suis tombé par hasard sur The Lone Gunman d'Idaho, un petit bijou de rock dépressif que peu de gens connaissaient, une sorte de secret bien gardé comme il en existe des milliers dans l'histoire de la musique."

p.71

En grève ! de Mathieu Pierloot
sortie en août 2016, éditions Ecole des Loisirs (Médium)
12,80 €, ISBN: 978-2-211-22816-9, 126 pages
Service de presse

Synopsis :

Branle-bas de combat : le gouvernement veut supprimer trois mille postes d’enseignants. Les professeurs se mettent en grève, les élèves se mobilisent. Pour organiser leur action, Antoine et ses amis se retrouvent au Potemkine, un café proche du lycée.
Il y a là Alice, la plus déterminée. Fred et Guillaume, à la manœuvre. Mehdi, qui pense surtout aux filles.
La jeune Charlotte, avec ses cheveux roses et sa candeur. Et Hannah, si belle et inaccessible.
Déterminé dans ses revendications mais en proie à des émotions contradictoires, Antoine doit maintenant confronter ses désirs à l’ordre des choses.

Mon avis :

Merci aux éditions L’école des loisirs pour cet envoi !

Écrit par un jeune enseignant de Bruxelles, Mathieu Pierloot, cet ouvrage d’une centaine de pages nous conte l’envie dévorante de vivre, d’aimer, de rêver son futur ; qui animent les lycéens d’aujourd’hui. 

A cause de la similitude des thèmes, j’ai très vite comparé ce roman avec Dans le désordre de Marion Brunet, (voir ma chronique de Dans le désordre :  http://etincellesdeplume.blogspot.fr/2016/01/dans-le-desordre-de-marion-brunet.html). Ce n’est pas aussi grandiose et émouvant que cette perle de début 2016 des éditions Sarbacane, mais il n’empêche que je me suis retrouvée dans certains portraits de ces adolescents : c’est l’essentiel d’un bon roman !

Antoine, le narrateur, Mehdi, son meilleur ami, Alice, Hannah, Charlotte, ainsi que Fred et Guillaume constituent un groupe d’adolescents qui résiste à la suppression de 3000 postes d’enseignants de l’Education Nationale. Manifestations, réunions au café Potemkine enflammées, créations de slogans : leurs journées se remplissent pour faire face, pour contrer ce qui représente une menace pour leur avenir, pour faire entendre leurs voix.
Entre cigarettes et bières, amours lycéennes éphémères ou douloureusement cruelles, ce court roman interroge sur la nécessité de l’engagement à l’adolescence.

Réunis par la fureur de se battre, soudés par la situation à vif, ces lycéens accomplissent ensemble un parcours initiatique. Se frotter au danger quitte à se blesser, pour ressortir plus fort et plus mature.
J’ai apprécié les dialogues intelligents qui restent naturels, les références musicales, la fluidité des phrases, les personnages dont les contours s’affinent au fil des pages…

Je m’attendais à un texte plus vital, plus brûlant encore, mais je garde de ce roman un très bon souvenir.

A lire avec The lone gunman d’Idaho dans les oreilles : https://www.youtube.co/watch?v=dQ0pcf9zmBg&list=PLBt_YPGLCtpSv8YraAvXBGgoHmWh78OFE

jeudi 22 décembre 2016

INTERVIEW YOUTUBE: Emmanuel Noblet pour "Réparer les vivants"


Je vous présente aujourd'hui une nouvelle interview du comédien/metteur en scène Emmanuel Noblet, qui a adapté le best-seller Réparer les vivants de Maylis de Kérangal dans un bouleversant seul en scène.


Toutes les dates de sa tournée: http://www.opus64.com/evenement/theatre/reparer-les-vivants.html?date=1&lieu=

 Réparer les vivants relate la course folle d'un cœur entre un adolescent mort dans un accident de voiture et une femme condamnée par une maladie cardiaque. 

Je vous conseille évidemment le roman de Maylis de Kérangal car c'est une merveille de finesse, de poésie, d'émotion. On ne peut pas ressortir indemne de cette lecture bouleversante.

Sur scène, Emmanuel Noblet incarne avec brio les nombreux personnages qui se passent sans discontinuer le flambeau fragile de cette épopée humaine et médicale.
Toute la salle est à bout de souffle et les nerfs à vif jusqu'au dernier mot.
Le décor est minimal et cela en est d'autant plus efficace et fort.
Une merveille qui j'espère vous plaira !


Lien de la vidéo: https://www.youtube.com/watch?v=zD6_MRZTQiQ

Dans la loge de la Comédie de Valence, j'ai pu rencontrer Emmanuel Noblet pour un entretien de tout juste 24 minutes. 
Ce moment riche et chaleureux fut un réel plaisir pour moi et je tiens à remercier l'équipe de la Comédie de Valence qui a permis cette interview, et merci évidemment à Emmanuel Noblet de m'avoir réservé un peu de son temps !

Bon visionnage !