src="http://www.websiteribbon.com/banner.gif " alt="banner ad"

vendredi 30 août 2019

INTERVIEW ANTOINE REINARTZ, LE COMÉDIEN - PARTIE 3


©Celine NIESZAWER/Leextra via Leemage
Après une première partie consacrée au film 120 battements par minute et une seconde consacrée à la prévention et la lutte contre le Sida, voici la dernière partie de l'entretien avec Antoine Reinartz où nous parlons de sa formation en tant que comédien, ses études, ses projets au cinéma comme au théâtre. Bonne lecture !
Vous pouvez retrouver la première partie de l'interview en cliquant ici, et la seconde en cliquant !

PARTIE 2

 
NB: entretien réalisé en septembre 2018 


J'aimerais vous demander pourquoi et comment vous êtes devenu acteur/comédien, et surtout comment vous avez pu garder l'envie de faire des études de théâtre même après votre master. Vous avez donc fait de nombreuses années d'études: comment vous avez fait pour garder la foi dans ce métier que vous avez abordé plus tard que d'autres personnes ?



Il y avait une nécessité de faire des études, pour moi, de théâtre. Surtout après les études que j'ai faites: autant c'était extrêmement intuitif quand j'étais plus jeune, autant après avoir fait une école je me suis spécialisé en humanitaire mais après une école de commerce qui est extrêmement normalisante j'étais pas du tout apte. J'était même assez mauvais quand j'ai repris, vraiment. Pas que je sois parfait aujourd'hui, mais c'était la cata. Et donc c'était nécessaire. Après effectivement j'étais très impatient, car j'ai fait des études jusqu'à 29 ans. À un moment l'impatience prend beaucoup de place. Être comédien c'est un métier difficile et avec beaucoup de préjugés qui sont néfastes: le discours sur le génie, sur l'idée de talent, qui sont confortés par tout le monde même par les professionnels "on rentre dans la pièce et on sait que c'est lui". Bon. Ça aide en rien, que ce soit vrai ou pas, ça n'aide en rien la personne qui veut devenir comédien. Ça n'a aucun intérêt. Et c'est en partie faux, je pense. En tout cas à partir du moment où ça n'aide pas, ça sert à rien ce type de discours. À l'époque j'avais regardé tous les gens qui avaient eu un César en France, tous les acteurs/actrices que j'aimais, et en gros il y en a une bonne moitié qui viennent du milieu - ce qui est complètement normal, ce n'est pas un truc de dénonciation, c'est juste un fait, ce qui est l'occurence n'est pas mon cas. Il y a des gens supers comme Louis Garrel qui vient d'une famille de cinéaste, que je trouve incroyable, en l'occurence lui il a fait le Cons' (Conservatoire national supérieur d'art dramatique NDLR). Ce n'était pas mon cas donc ce n'était pas possible. Il y a quelques personnes qui sont trouvés en casting sauvage, comme Tahar Rahim qui a tout de même fait quelques cours... Tout comme Romain Duris, Catherine Frot et tout, mais si on attend ça, on peut toujours attendre. Ça existe mais on ne peut pas agir dessus. Et il y a un petit tiers des gens qui avaient fait le Conservatoire de Paris ou d'autres, et puis quelques personnes on sait pas trop d'où elles arrivent mais elles se font d'un film à l'autre. Globalement, je me suis dit que ne venant pas du milieu, ayant un profil plutôt classe moyenne de province, un milieu qu'on voit beaucoup dans toutes les écoles de théâtre donc qu'on a pas besoin d'aller chercher en casting sauvage a fortiori. Sachant que le théâtre c'est quand même plus facile d'accès que le cinéma où c'est très très difficile. Je me suis rendu compte que le Cons' c'est extrêmement élitiste et en même temps j'y ai accédé, il y a pleins de gens qui y accèdent, c'est trop bien, et ça aide vraiment. Sans ça... Tout ça pour dire que j'en suis arrivé à la conclusion qu'il fallait absolument que j'essaie de faire le Cons' de Paris... que j'ai fait. Après plusieurs ratés ! Tout le monde le rate plusieurs fois ! Au début j'étais nul, je me suis fait recalé au premier tour, avec un gros C sur une notation de A à C...


Et pour autant vous n'avez pas perdu espoir, on entend parfois  "c'est affreux le Cons', j'y retournerai jamais". Vous, vous avez réussi à perséverer et à retenter le concours.



Surtout que c'était la première année. Le métier de comédien est assez dur. Moi il y a un moment où c'était difficile, on se donne une limite quelque part. La première fois j'avais repris depuis 1 an, je l'ai tenté 3 fois, on pourrait attendre et attendre et essayer jusqu'à point d'heure. Moi c'est arrivé quand même assez vite. Donc je me suis pas remis totalement en cause. Et puis les choses se construisaient au fur et à mesure, j'avais l'impression de progresser, de faire des petits projets, des trucs plus intéressants, d'aller dans une meilleure école, puis au final au Conservatoire, puis ensuite faire des projets puis d'autres, donc il y a quelque chose qui se construit. C'est vrai que dans ce métier il y a des gens qui ne font rien pendant des années et c'est assez triste, ça détruit aussi. On a l'impression que soit on joue soit on ne fait rien. C'est un métier très violent où on a l'impression que la réussite c'est que de faire des grandes grandes choses alors que vous êtes médecin vous n'êtes pas obligé d'être directeur d'un CHU pour avoir réussi. Médecin généraliste c'est super, c'est passionnant. 


Comment vous vous y êtes préparé, de manière plus technique ? Vous étiez dans un autre conservatoire, dans d'autres écoles ? Pour le concours en lui-même, vous avez des conseils, des astuces ?



Des astuces, bof ! C'est dur ! On prépare 4 scènes différentes, il faut vraiment y aller avec des choses qu'on a envie de défendre et qui nous corresponde, ce qui est très difficile à trouver car c'est en travaillant qu'on trouve ce qui nous correspond. Moi je suis fan de Victor Hugo, du romantisme, mais je suis nul là-dedans, vraiment une quiche total. Je suis pas capable d'en jouer même si ça me correspond totalement à un endroit. Il y a des moments où on joue des choses qui nous correspondent pas parce qu'on se dit que c'est bien: non. En alexandrin je suis allé chercher des auteurs soit très connus, Molière, mais je suis aussi allé chercher d'autres auteurs qui sont un peu moins connu que Molière Racine et Corneille, mais qui sont en fait de grosses stars à leur époque, qui sont à la Pléiade, qu'on trouve même assez facilement. Et qui vont être un peu autre chose. Il y en a où c'est un truc d'héritage, des choses sur l'ambition, la dignité. Il y a une famille où il y a 3 générations de femmes, une jeune fille, sa mère et sa grand-mère et elles sont toutes en kiff du même mec et elles couchent toutes avec le même mec qui vient chez elles et je trouve ça assez ouf de voir ça dans une pièce en alexandrin très très connue à l'époque du 17ème qui parle de ça, avec beaucoup de finesse. Mais ça change aussi d'un peu trop normé et attendu et qui ne nous parle pas forcément toujours. 

En tout cas j'ai cherché des choses qui me correspondent sachant que moi j'ai mis plusieurs années à trouver des choses. A un moment, quand on est très bon à un endroit, on le sait, on le sent, et on nous le dit beaucoup. Mais ça met du temps ! C'est parfois un peu un hasard. 



Est-ce que le Conservatoire mérite sa réputation ? 



J'avais de la chance, j'avais une promo que je trouve vraiment incroyable. Il y avait beaucoup d'actrices notamment, qui ont tourné. C'est elles qui m'ont le plus appris, notamment par les projets d'élèves. J'ai vraiment l'impression d'avoir appris à jouer avec elles. Avant j'avais quelques professeurs, à Asnières, une prof qui était un peu mon maître, qui m'a donné des outils de dingue. Après ça dépend des rencontres. Nous on avait un conservatoire où on était dans une transition de directeur qui n'était pas facile, qui était assez houleuse à l'époque. J'ai eu des profs incroyables en danse, en chant, même en jeu. Mais il y avait aussi des endroits qui ne me correspondaient pas du tout. Et c'est assez désagréable à vivre: des moments où on va jouer des choses qu'on aime pas du tout, qu'on avait pas envie de jouer. Par exemple pour moi le mime, le clown et le masque je peux aimer en tant que spectateur mais je veux pas faire ça, je détestais vraiment. Et c'est pas méchant: il y a des acteurs qui sont trop bons là-dedans et à qui ça va trop bien, mais moi c'était pas du tout mon truc et on était obligé d'en faire. Et j'ai fais un spectacle où j'étais vraiment mal, pas bien. Donc non c'est pas de tout repos du tout. Et on avait un conservatoire à l'époque qui se fermait un peu sur lui-même, là qui est en train de se réouvrir beaucoup, mais avec énormement de qualité. Ça reste un endroit de dingue mais comme tout endroit de dingue quand on y est on le critique beaucoup. Mais ça reste un endroit très précieux, malgré le discours qui critique beaucoup ces endroits élitistes: ça reste très ouvert ! J'avais un pote qui n'avais pas le brevet et qui est entré au Conservatoire avec des dérogations parce qu'il faut avoir le bac normalement. C'est élitiste mais il y a très peu de places dans le métier, et le Cons' permet vraiment de bosser pour la plus grande partie des gens qui y sont passés. C'est un endroit extrêmement précieux. Sans ça je vois pas comment on ferait pour sortir de son milieu et arriver dans ce milieu artistique qui est difficile d'accès.



Vous vous étiez quand même senti légitime à le présenter et à espérer y aller ?



Franchement légitime je sais pas, vraiment ça me semblait totalement hors de portée. Au début on connaît personne qui y est, après au fur et à mesure... Maintenant je connais tous ceux qui y sont rentrés puisque j'y suis allé, donc ça me paraît très concret mais au départ ça paraît un autre monde, on se demande comment font les gens qui y entrent, de quelle école ils viennent, comment ils ont fait et ça paraît vraiment très très lointain. 
Il y a des écoles qui préparent mieux que d'autres au concours et moi j'avais aussi un coach qui m'a aidé. Ça m'a couté très cher mais... voilà ! 



Vous avez réalisé un court-métrage, For the record, est-ce que vous seriez prêt à recommencer à être réalisateur, est-ce que c'est dans vos projets ? 




C'est complètement dans mes projets, j'ai quelque chose que j'ai beaucoup avancé dans l'écriture, avec un producteur qui m'a beaucoup soutenu, sur du vogging: de la street-dance, un milieu très parisien, de jeunes qui sont complètement hors institution et qui recréent tout un système. Ils me fascinent totalement ! Mais j'ai dû mettre ça de côté... depuis 1 an et demi ! Ça demande énormément de temps et là je l'avais pas. Ça reviendra à un autre moment.



Ça vous plait d'avoir ces 2 casquettes, ces 2 facettes dans votre travail, de passer devant et  derrière la caméra ? 



Complètement. Après je sais pas si je suis légitime... Je sais très bien dirigé les gens en terme de jeu, je sais écrire des dialogues, mais en tant que réal, vraiment, il y a beaucoup d'endroits où je suis une quiche totale ! Je sais pas si ce sera bien. Après il y a des endroits dont on a envie de parler, on a tellement envie d'en parler qu'il faut que ça parte sur de la réalisation parce que ce n'est pas un endroit de jeu. 


Ce serait plus un documentaire ?



Non, ce sera une fiction parce que en fait j'évite le documentaire sur le sujet, qui peuvent être très très bien, mais moi ce que je veux raconter... Dans un documentaire parfois on remet en scène, parce que c'est difficile de mettre la caméra où il faut, quand il faut. Parfois je sens le poids de la mise en scène du documentaire. Et finalement parfois avec la fiction on est encore plus proche de la vérité que le documentaire. C'est pas le cas à chaque fois, c'est vraiment un genre que j'adore le documentaire ! Sur ce sujet-là, je trouve ça très difficile. Et aussi parce que la fiction c'est un endroit que je maîtrise mieux. 





Une dernière question: entre le cinéma et le théâtre, qu'est-ce que vous préférez faire ?


C'est des plaisirs très différents, des angoisses bien distinctes. C'est très dur à allier, pour des questions de calendriers. Au théâtre il faut s'engager souvent sur l'année prochaine, voire sur l'année d'après, sur la saison à venir ou sur celle encore d'après. Le cinéma tout change tout le temps, on ne nous demande pas notre avis, si on n'est pas disponible c'est sans nous. Sur Chanson douce (film de Lucie Borteleau, adapté du roman de Leïla Slimani, en salle le 27 novembre 2019, NDLR), je l'ai su 3 semaines avant, là c'était vraiment tardif, surtout pour un gros rôle. Souvent, on le sait que quelques mois avant. Même pour des très gros rôles. Donc c'est hyper difficile d'allier les deux. Surtout que le cinéma il y a tellement de contraintes que si on a pas de dispo, tant pis pour nous. J'espère qu'un jour je serai suffisamment solide pour pouvoir imposer mes calendriers aux productions ! 
En terme de plaisir, le théâtre c'est quitte ou double. Ça dépend si on se sent bien dans notre rôle ou pas. Quand on a fini les répétitions, on est parfois pas satisfait, et toute la tournée va être un calvaire. Parce qu'on va se battre à chaque fois pour essayer d'être à la hauteur. Ce ne sera jamais un plaisir. Alors que parfois - ce n'est que mon expérience, ça se trouve je dirais autre chose dans six mois ! - on a un peu trouvé quelque chose, il y a quelque chose qui s'est fait, on a une base qui fait que c'est l'autoroute du kiff, du plaisir ! Et chaque représentation va vraiment être plaisante. Il n'y aura pas un doute profond permanent. Au théâtre les phases de création et de jeu sont tellement séparés. Le cinéma c'est pas tout à fait pareil car c'est du one shot. Il n'y a pas de retour direct. Ce sont des habitudes différentes. On est aussi beaucoup plus seul à travailler, il y a encore moins de cadre. C'est encore plus difficile de se construire avec le cinéma qu'avec le théâtre où on est quand même dans une famille, dans des projections un peu plus longues.  
En terme de plaisir pur... Je sais que ce qui me semble un peu plus dur au cinéma et ce qui est plus facile sur 120 battements par exemple, c'est que ce sont des longues scènes. On partait, il y avait 3 caméras, tout le monde joue, et on est parti pour huit minutes de scènes. Donc c'était magique ! Alors que la scène où on se croise dans les escaliers et où on s'échange deux phrases, je trouve ça très difficile à faire car il y a quelque chose de l'ordre de l'effet mais il faut pas que ce soit un effet. Comme les scènes où on joue face à la caméra et où on ne voit pas son partenaire c'est quand même très dure, c'est pas la même gymnastique. Au théâtre, on est bien à un moment, on se perd un peu, on revient, on se cherche quoi ! C'est vraiment pas la même gymnastique.

 


Merci beaucoup ! Avant de conclure, est-ce que vous avez un sujet sur lequel vous aimeriez revenir, ou aborder ?



Pour conclure, oui le cinéma est peut-être plus dur, mais il y a aussi le souvenir de nos plaisirs de spectateurs qui sont tellement plaisants qu'on a quand même du plaisir à le faire.



---------



Merci à Marie-Christine Damiens et à Stéphanie qui ont rendu possible cet interview et bien évidemment merci à Antoine Reinartz pour sa disponibilité !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire