src="http://www.websiteribbon.com/banner.gif " alt="banner ad"

mercredi 26 octobre 2016

Le copain de la fille du tueur de Vincent Villeminot

"Tu m'as parlé dans ta langue, doucement, lentement, tendrement. Comme on prie. Comme on remercie. Comme on chantonne. Comme on supplie. Je t'ai parlé à voix haute, à voix basse, en pensées, en actes et en vérité. Tout contre ta peau."

p.216

Le copain de la fille du tueur de Vincent Villeminot
sortie en septembre 2016, éditions Nathan
16,95 €, 264 pages, ISBN: 978-2-09-256522-3
Service de presse

Synopsis:

Charles vient d’intégrer un internat pour « gosses de riches », perdu au cœur des montagnes suisses. Avec Touk-E, son coloc, ils tuent le temps comme ils peuvent, allumant fausses révolutions et vrais incendies … jusqu’à l’arrivée de Selma. Elle est mystérieuse, solaire, solitaire… et fille d’un trafiquant de drogue en cavale.
Une histoire d'amour de Vincent Villeminot, à fleur de peau et les nerfs à vif !
 
Mon avis:

Merci aux éditions Nathan pour cet envoi !

Le copain de la fille du tueur est un roman mêlant une histoire d’amour tout en poésie, un thriller et une course-poursuite à l’américaine. 

L’intrigue est divisée en plusieurs parties : l’Institut Daillange (un lycée suisse) et l’amitié explosive entre Touk-E et Charles, puis l’arrivée de Selma, qui remet tout en cause, et qui bouleverse leur quotidien. Commence alors une course contre la montre avec pour ennemi le père de Selma, trafiquant de drogue. Une partie que j’ai moins appréciée, car la ressemblance avec de nombreux films d’aventure, thriller, policier, m’a parue beaucoup moins inventive et riche en émotions que le début… et la fin.
Malgré les multiples intrigues liées au trafic de drogue, peur, fuite, passé qui ressurgit, et qui à mon avis encombrent la trame principale de l’histoire, la quintessence de ce récit se tisse ligne après ligne pour se révéler au final dans la dernière partie du roman, à la fois plus intime et plus puissante.

Peu à peu le nombre de personnages présents diminue, ce ne sont plus que des noms ou des souvenirs. L’intrigue se resserre en effet peu à peu autour des deux protagonistes, qui se retrouvent tout d’abord auprès du père de Charles, un grand poète, puis dans la pureté de la nature, derrière sa protection quasi-totale.
Le récit donne de l’importance à des éléments essentiels et pourtant cachés par le bruit des ennuis précédents. Comme si Vincent Villeminot reniait finalement le commencement de l’histoire et prenait le lecteur par le bras : viens, c’est ici que se passent les vraies choses, celles pour lesquelles il faut accorder un peu d’attention ; la poésie, l’amour, la simplicité, les corps, la tendresse, la beauté des gestes et des pensées. 

« De nouveau, elle a ce geste évanescent de la main, pour dire qu’après, on verra. »
p.112

Pour raconter toute la puissance et la justesse par lesquelles Selma et Charles s’unissent, la narration se transforme et devient hybride entre poésie et romance, phrases courtes et grands paragraphes, citations des recueils du père de Charles, parallèle entre l’histoire d’amour de ses parents et l’histoire qu’écrivent à quatre mains Charles et Selma.

« Tout savoir de l’autre. Tout apprendre, vacants l’un et l’autre. Se dire, s’avouer, se dévoiler, comme si notre vie en dépendait. Cette confiance en l’avenir, pour la première fois, m’étourdit comme une ivresse. »
p.230

L’émotion monte, déchire, décime tous mes doutes sur le début du roman et me fait découvrir un Vincent Villeminot que je n’avais pas soupçonné, innocemment.
L’auteur, par la force délicate de ses mots, enlève toute force au lecteur, le subjugue par les nuances et variations de cet apprentissage de la vie par l’amour. Car c’est bien l’auteur qui raconte cet amour sûrement vécu ; Villeminot semble s’adresser directement au lecteur en s’affranchissant du narrateur.

Un roman certes inégal, mais qui exprime avec beauté, justesse et simplicité la complexité des rapports humains et la nécessité de s’aimer.

4 commentaires:

  1. Je viens juste de l'acheter ! Vincent Villeminot l'intrigue toujours ^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et ce n'est pas fini pour cet année ! Il sort encore les romans "Les pluies" et "Samedi 14 novembre" ! :D

      Supprimer
  2. Pas encore eu l'occasion de craquer pour ce livre, mais je le ferai :)

    RépondreSupprimer