src="http://www.websiteribbon.com/banner.gif " alt="banner ad"

lundi 22 février 2016

Une histoire de sable de Benjamin Desmares


"Ça m'a fait comme si mon corps changeait entièrement, comme si tout changeait en une vague qui partait du haut de ma tête et se finissait au bout de mes pieds. Une vague qui changeait la matière même de mon corps, une vague qui me reconstruisait de toute pièce."
p.91

Une histoire de sable de Benjamin Desmares
parution le 10 février 2016, 128 pages, éditions du Rouergue (Doado)
10,70€ , ISBN: 978-2-8126-0997-8
Service de presse


Synopsis:

Passer les vacances d'hiver avec ses parents dans un bled sinistre du bord de mer, c'est un peu la déprime. Mais dans les rues où Jeanne se perd chaque jour un peu plus, elle croise deux garçons.
Prénoms ringards, fringues atroces, coupes au bol, Bruno et Alain semblent tout droit sortis des années 80.
Plantés devant une vieille baraque, ils n'ont définitivement pas le look habituel. Et plus Jeanne apprend à les connaître, plus elle se perd dans leurs mystères...
Une histoire d'amour aux frontières du réel.

Mon avis:

Ce petit roman est intriguant pour plusieurs raisons. La couverture, tout d'abord: un tissu cotonneux, une jeune fille endormie, dont les cheveux sont recouverts de paillettes. Puis le résumé, qui nous prépare à une histoire particulière, entre le réel et l'imaginaire, à en croire la dernière phrase.
C'est donc sans vraiment savoir à quoi m'attendre que je me suis glissée entre les pages d'Une histoire de sable.
Jeanne a 16 ans, bien que je n'aurais pas su lui donner un âge exact sans indication de l'auteur. Peut-être plus entre 12 et 14 ans d'ailleurs, au vu de la photo de couverture et de ses réactions volcaniques!
Car Jeanne est une adolescente à fleur de peau avec ses parents, et leurs relations sont tout sauf calmes. Ils arrivent au bord de la mer, dans une maison au décor très marin. Sauf que nous sommes pendant les vacances de février, et que le bord de mer est sensiblement différent en plein hiver qu'en l'été.
Personne dans les rues, aucun magasin ouvert dans les environs, et un vent qui souffle, qui souffle. Jeanne, au tempérament de tempête, ne tarde pas à se mettre ses parents sur le dos. Ceci dit, ils font tout pour l'embêter et je n'aurais pas tenu très longtemps non plus!
Alors, pendant que ses parents travaillent d’arrache-pied sur leurs ordinateurs, elle passe des journées de plus en plus longues à l'extérieur. Au détour d'une rue, elle aperçoit une grande maison, et devant, deux garçons, qui comptent les grains de sable. S'engage alors une discussion, et ce rendez-vous va devenir quotidien. Au fil de ses découvertes sur Bruno et Alain, et sur les histoires de cette ville qu'elle apprend dans un bar, Jeanne emporte le lecteur dans un tourbillon d'histoires, entre rêves, réalité, et mystère parfois glaçant.
Son caractère assez ambigu, imprévu, donne au roman un ton particulier, une certaine tension, qui s'installe au début et ne nous quitte pas!


"Un sourire de vélociraptor a soudain éclairé le visage de ma chère maman. C'est pourtant avec le plus grand calme qu'elle m'a répondu. Je sentais néanmoins qu'elle faisait des efforts de malade pour se contrôler et retenir son envie de me planter sa fourchette dans l’œil."
p.16

Ce roman contient de nombreuses références à d'autres œuvres. Ainsi, l'histoire des parents qui travaillent pendant les vacances avec acharnement, abandonnant leur fille à une ville vidée de ses habitants, m'a fait penser au film Le voyage de Chihiro de Miyazaki. Ce n'est pas la seule ressemblance entre ce roman et ce film: il y a les rencontres mystérieuses, rappel incessant au passé et au questionnement de Jeanne sur sa vie, l'égarement, cette découverte initiatique d'un village en perdition à cause des constructions d'immeubles détruisant les dunes...

Ce roman m'a happée dans ces rues fantomatiques où les grains de sables se pressent sous les portes des maisons; un lieu qu'on connaît tous, le bord de mer, qui se montre sous un jour nouveau et inquiétant, attirant et mystérieux, reflet des états d'âme de personnages en recherche d'eux-mêmes.

3 commentaires:

  1. La couverture m'intrigue depuis un moment et ton avis me donne envie de le découvrir !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La couverture est la première chose qu'on découvre de ce roman, et elle représente tellement bien l'histoire: c'est parfait! ;) Merci!

      Supprimer
  2. Je ne suis pas trop tentée pour le coup peut être parce que j'ai plus envie de lire des livres fantastiques en ce moment ^^.

    RépondreSupprimer