src="http://www.websiteribbon.com/banner.gif " alt="banner ad"

lundi 28 décembre 2015

Animaux, conte et critique sociale dans la bande-dessinée



Les vacances de Noël sont propices aux grands moments de lecture, le matin, dans son lit... Pour ma part, j'en profite pour lire des bandes-dessinées et des albums, ce que je ne fais pratiquement pas en période scolaire.
J'ai décidé de vous faire un seul article pour les 3 bande-dessinées que j'ai lues, même si il n'y a pas vraiment de lien entre elles...

Je vais commencer par une bande-dessinée, que j'ai lu d'une traite! Il s'agit de Zaï zaï zaï zaï de Fabcaro.



Synopsis: 

Pour n'avoir pu présenter sa carte de fidélité au supermarché, un auteur de bandes-dessinées est confronté à un vigile avec qui il a une altercation. Il parvient à s'enfuir et sa traque par la police provoque une réaction en chaîne: les médias s'emballent, la société se divise.

 Mon avis:

Lire cette bande-dessinée, c'est se plonger dans une histoire déjantée: à chaque page, on se demande ce qu'il nous arrive!

 Tout commence par un auteur de BD, qui oublie sa carte de fidélité. Alors que cet acte tout à fait banal paraît innocent pour le lecteur, il devient un crime et l'auteur échappe de justesse à la police. S'en suit une cavale extrêmement médiatisée, et commentée par tous les citoyens. Cette vision de notre société de consommation, inquiétante et quasiment totalitaire, nous fait prendre conscience des dérives éventuelles de notre mode de fonctionnement, à travers des dessins simples et des situations hilarantes et décalées.

Une bande-dessinée qui utilise l'humour et l'absurde pour faire passer un message au lecteur, et le faire réfléchir et réagir sur le monde dans lequel nous vivons! 

Editions 6 pieds sous terre, 72 pages

 Dans la catégorie "Animaux", j'ai nommé... Le grand méchant renard de Benjamin Renner!

 

Mon avis:

Le grand méchant renard, chétif et affamé, fait un tour quotidien dans le poulailler sans jamais réussir à croquer ne serait-ce qu'un bout de poule! Il doit alors se contenter de navet... Pas très normal pour un renard!
Jusqu'au jour où le loup, exaspéré par la mauvaise image des prédateurs que le renard donne à leurs présumées proies, met un plan en place. Mais le renard, supposé couver des œufs puis manger les poules, se découvre un instinct maternel... 
Benjamin Renner, co-réalisateur du long-métrage "Ernest et Célestine", signe ici sa première BD: des personnages et des situations à mourir de rire, un dessin minimaliste et très expressif... 
Le petit plus de l'édition spéciale Noël: une histoire de 56 pages, "Il faut sauvez Noël", qui se passe au poulailler. Une touche de magie et de neige indispensable!

Une bande-dessinée que je l'ai lue avec une immense joie et beaucoup de plaisir!

Editions Delcourt (Shampooing), 186 pages 

Un conte: Peau d'âne de Baudoin.

 

Mon avis:

Nous connaissons tous le conte de Peau d'âne. Mais sous la plume et le crayon d'Edmond Baudoin, cette histoire prend une dimension plus riche encore.                                                                           Plusieurs niveaux de lecture apparaissent: le conteur, qui soir après soir, raconte un bout de ce conte, les rêves de la petite-fille, comme une prémonition, puis enfin l'histoire de Peau d'âne. Le tout tournant en boucle et évoluant, telle une chanson, comme le dit l'auteur en 2010 dans "Casemate".

J'aime énormément le style de Baudoin. L'encre donne une liberté au dessin qu'on ne voit nulle part ailleurs, et les couleurs éclatent d'un coup, illuminant les pages souvent sombres de cette bande-dessinée. 

Peau d'âne est un conte dont je ne me lasserai jamais, et cette bande-dessinée vient le revisiter et le sublimer!

 

Editions Gallimard (Fétiche), 60 pages



J'espère vous avoir donné envie de découvrir ces bandes-dessinées!
Restez connecté: cette semaine, je vous parlerai d'Alice au pays des merveilles, vue par deux illustrateurs.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire