src="http://www.websiteribbon.com/banner.gif " alt="banner ad"

jeudi 22 octobre 2015

Mini-chroniques #1



Hey!
Voici un article que je n'avais jamais fait encore sur le blog: des mini-chroniques, celles de 6 romans lus pendant les vacances d'été, que je n'avais pas eu le temps de chroniquer.

Vous retrouverez mon avis sur:
 -Alors vous ne serez plus jamais tristes de Baptiste Beaulieu
-Cher inconnu de Berlie Doherty
- Humains de Matt Haig
-La coloc de Jean-Philippe Blondel
-Cendrillon de Joël Pommerat
-Elle s'appelait Sarah de Tatiana de Rosnay



"Parce que moi, Lady Sarah Madeline Titiana Elizabeth Van Kokelicote, je vous déposséderai du superflu pour vous ramener à l'essentiel, je vous dépouillerai tel un nourrisson au premier jour de sa venue pour faire de vous un homme nu, puis je vous remettrai au monde. Alors -et alors seulement- je vous autoriserai à prendre une décision." p.170

-Alors vous ne serez plus jamais tristes de Baptiste Beaulieu 
Éditions Fayard, 271 pages.

Après avoir lu "Alors voilà: les 1001 vies des urgences", il me fallait absolument lire le deuxième roman de cet auteur: c'est chose faite! Ce conte à rebours est l'histoire d'une rencontre entre un médecin ayant décidé de mettre fin à ses jours, et une femme qui débarque dans sa vie, bien décidée à lui redonner de la joie de vivre et à le faire changer d'avis. 
Cette histoire unique, si particulière, si poétique, est devenue rapidement addictive. Impossible de ne pas savoir la suite de ces expériences que fait subir la mystérieuse Sarah à ce médecin, et de comprendre le pourquoi du comment, de savoir le fin mot de l'histoire.
Le personnage de Sarah m'a vraiment plu, car on ne peut pas déceler le vrai du faux de ses propos, et c'est cela qui constitue sa force: cette manie d'inventer, ce charisme, cette sûreté dans ses paroles nous oblige à "s'incliner" devant elle.
 On devient alors malléable et elle peut nous éblouir: la citation choisie résume parfaitement son rôle. 
Son rôle, c'est aussi celui du roman, et c'est pourquoi il faut que vous le lisiez: vous ne savez pas encore tout ce qui vous attend entre ces pages...





"On aurait dit que j'avais sorti de ma poche un serpent vivant pour le lui glisser dans la main et qu'il ne savait pas quoi en faire: le piétiner ou le faire disparaître dans ses poches ou le tenir à bout de bras pour l'admirer. Je le laissai se débrouiller. Je ne lui serrai pas la main, comme j'aurais dû le faire, comme il aurait aimé que je le fasse, probablement. Il se serait senti plus à l'aise. Mais à mon avis, il est assez grand pour savoir ce qu'il faut faire avec les serpents." p.257




-Cher inconnu de Berlie Doherty 
Pôle Fiction - Gallimard Jeunesse, 265 pages

La grossesse adolescente est un thème qui m'attire beaucoup lorsqu'il est abordé dans un roman. 
J'avais lu "La décision" d'Isabelle Pandazopoulos, qui m'avait énormément plu, et que je vous conseille fortement: mais je voulais lire d'autres romans de ce même genre.
De "Cher inconnu", j'avais entendu beaucoup de bien, et il me tardait de le découvrir. J'avoue que lorsque je l'ai commencé, j'ai été surprise du choix du point de vue pour nous raconter cette histoire: car c'est le petit ami d'Helen, le père donc de l'enfant qu'elle porte à 16 ans, qui nous raconte leur histoire. Choix qui m'a étonnée, mais qui s'avère être extrêmement judicieux, et qui renouvelle, je trouve, les romans traitant du même sujet.
Je ne pensais pas autant aimer ce petit roman: il cache bien son jeu! L'histoire de ce couple d'adolescents remis en question, la violence des évènements enveloppés d'une fausse douceur, le brusque apprentissage de la vie et de la maturité... 
Un récit émouvant, vivant, et écrit avec beaucoup de délicatesse.



"L'idée me vint que le rire était l'écho sonore de la collision entre une vérité et un mensonge. Les humains vivaient au sein de leurs propres illusions, et rire était un moyen d'en sortir - le pont le plus court entre les uns et les autres." p.227


-Humains de Matt Haig
Hélium, 278 pages

Ce roman est très particulier, sur plusieurs points. 
Un extraterrestre est envoyé sur Terre, dans la peau d'un père de famille, pour une mission.
Il ne connaît aucun des codes qui régissent la vie d'un humain, aucune des règles de la société. Quelques situations amusantes, décalées, qui laissent place à la remise en question concernant notre monde, à des réflexions philosophiques
Ce personnage, qui arrive avec des yeux neufs, livre au lecteur une vision de notre vie qui nous fait réfléchir à notre façon d'agir, aux habitudes que l'on a prises. Ce roman remet tout en question. Il est excellent sur ce côté-là: il n'y a pas un moment où l'on ne se pose pas des questions, où cet extraterrestre, obligé de s'humaniser pour survivre, ne nous interpelle pas, ne nous choque pas.
C'est une lecture totalement nouvelle: tellement nouvelle, qu'elle m'avait laissée indécise. Je ne savais pas quoi en penser, quel avis avoir...
Quelques mois plus tard, alors que je me replonge dans mes souvenirs pour vous livrer mes impressions, je pense que ce livre n'a pas besoin d'être qualifié: c'est un ovni, tout comme son narrateur. Il n'a pas certains éléments que les autres romans possède, mais il présente surtout des caractéristiques que les autres n'ont pas: la découverte, la remise en question, la réflexion. Ce n'est pas une histoire pour passer le temps, c'est une étude sur la vie, sur les émotions, sur ce que nous, humains, devons faire pour vivre, simplement, sans les entraves de la société.
 De plus, l'auteur explique dans la postface que cette histoire lui est venue lorsqu'il était en dépression, et que "l'existence humaine [lui] était aussi étrangère qu'elle l'est au narrateur sans nom". Il dit de cette histoire qu'elle est "celle qui tente de jeter un coup d’œil sur la beauté étrange et parfois effrayante de la condition humaine". 
C'est donc pour moi un roman à lire avec un regard différent que celui que l'on a d'habitude lorsque l'on lit un livre, pour se détendre.
 Il faut lui porter un regard curieux, neuf. 



"Ce n'est pas de l'amitié, quand on ne partage rien d'intime. Au mieux, c'est du compagnonnage. Au pire, c'est du bouche-trou, du ruban adhésif pour masquer la solitude -en attendant mieux." p.76



 -La coloc de J.P Blondel
Actes Sud Junior, 146 pages

Je suis une grande admiratrice des romans de Blondel, principalement ceux publiés en "jeunesse" chez Actes Sud Junior. 
Ils sont magnifiquement forts, douloureux, je tombe à chaque fois en admiration devant sa plume, devant son talent pour créer des personnages d'adolescents qui sonnent si juste. Cet auteur traduit à merveille les sentiments, les émotions des adolescents.
"La coloc", c'est l'histoire de trois adolescents de seize ans qui décident de vivre en colocation, une manière de s'émanciper de leurs parents, de vivre différemment. Mais vivre au quotidien, lorsqu'on ne se connait pas vraiment, ce n'est pas facile... C'est l'histoire d'une amitié qui se construit, d'un apprentissage, d'une prise de conscience, et de la maturité.
L'histoire, les personnages, le thème de l'amitié qui est ici bien exploité: tout cela m'a beaucoup plu, j'ai vraiment retrouvé la plume de Blondel, l'ambiance qu'il instaure dans ses romans.
 Cependant, "La coloc" reste inférieur aux autres romans que j'ai pu lire de lui, comme "Brise-glace", "(Re)Play!", "Blog". Autant de romans troublants, qui m'ont émue, qui sont magnifiques... Ce dernier est plus léger, il est sympathique, mais sans plus.
C'est un roman intéressant, qui détend et qui se lit rapidement.
Mais si vous voulez découvrir Blondel, je vous conseille plutôt les romans que j'ai cité plus haut, qui définissent cet auteur. J.P Blondel écrit aussi pour les adultes, et je trouve que des romans comme "Brise-Glace" par exemple représentent bien le style plus profond, tandis que "La coloc" est vraiment typé adolescent.:)



-Cendrillon de Joël Pommerat
Babel Théâtre, 112 pages

Pommerat est un auteur/metteur en scène dont j'ai pu voir une pièce, il y a quelques années, Pinnochio (qui m'avait traumatisée soit dit en passant). 
J'avais très envie de découvrir le texte de Cendrillon, dont je n'avais pu voir que des extraits.
Cette réécriture est très moderne, comme le reste de ses pièces: le langage est courant, voir familier, ce qui est surprenant au premier abord, puisque nous sommes plutôt habituée aux Walt Disney.
Les personnages ont chacun une personnalité très prononcée, qui se traduit dans leurs paroles: c'est un des points forts de cette pièce! J'ai particulièrement aimé les passages avec la fée et le Prince.
 L'ironie, l'humour décalé a une grande place, et j'ai pourtant trouvé cette pièce mélancolique, touchante. Je pense que c'est surtout Sandra qui, par sa détermination enfantine, m'a conquise!
Je ne lis pas souvent de pièce de théâtre, encore moins des pièces modernes, mais je compte bien continuer!
C'est un style d'écriture théâtrale originale, que je vous invite à découvrir! 




-Elle s'appelait Sarah de Tatiana de Rosnay
Le Livre de Poche, 416 pages

J'apprécie beaucoup les romans historiques, et je m’intéresse de plus en plus à la période de Seconde Guerre Mondiale: il m'est tombé dans les mains cet été, et bien qu'il ne figurât pas dans ma pal, je l'ai lu avec plaisir!
Sur un fond historique, ce roman parle d'une femme qui se plonge dans le lourd passé de sa belle-famille. 
Le personnage de la journaliste Julia Jarmond évolue énormément au fil des pages: au début, je la trouvais niaise au possible, un peu énervante.
Heureusement qu'il y a les chapitres sur l'histoire de Sirka/Sarah. Ces passages sont touchants, bouleversants: en les lisant, j'avais l'impression d'être plongée dans le journal intime de cette enfant, et cela tranchait vraiment avec la vie superflue et parisienne, grincheuse, de Julia Jarmond!
Heureusement, cette dernière change rapidement de personnalité: elle se prend de passion pour l'histoire de Sarah, une passion presque malsaine, mais essentielle pour elle. Ensuite, c'est l'étape de la reconstruction, de la renaissance. 
Ce roman est bouleversant, il traite d'une période de l'histoire tragique, et il donne toute son importance au devoir de mémoire. Enfin, malgré un début un peu énervant ainsi qu'un style littéraire trop commun, l'histoire est tellement percutante que c'est un livre à lire!
Un beau roman, dont j'ai hâte de voir l'adaptation cinématographique!



 Et voilà!
J'espère que cet article vous aura plu, qu'il n'a pas été trop long à lire et que vous aurez envie de découvrir les livres présentés!

7 commentaires:

  1. Cher inconnu et Elle s'appelait Sarah m'intriguent beaucoup :p J'espère pouvoir les découvrir !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce sont de superbes lectures en tous cas! ;D

      Supprimer
  2. Hello ! :) Je tenais à t'informer que je t'ai nominée pour le Liebster Award (je suis désolée si tu l'as déjà fait), ici: https://morganedelivres.wordpress.com/2015/10/22/liebster-award-decouvrez-de-nouveaux-blogs/
    Voili voilou. J'espère que ça te plaira. Dis-moi si tu joues le jeu !
    Bonne soirée !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh merci beaucoup! Je le ferai avec grand plaisir! :)

      Supprimer
  3. J'avais adoré l'adaptation d'elle s'appelait Sarah et je pense que ce sera ton cas aussi, elle est très émouvante :) (et faudra que tu me dises si y a un moment qui t'as un peu perturbé, moi c'est le cas et c'est assez bizarre que ce soit ça et pas autre chose '_')

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai hâte de la voir! :) Ok, je t'enverrai un mail quand je l'aurais vu ;)

      Supprimer
  4. Elle s'appelait Sarah est dans ma wish-list et me tente beaucoup :) !

    RépondreSupprimer