src="http://www.websiteribbon.com/banner.gif " alt="banner ad"

mercredi 28 octobre 2015

La grammaire est une chanson douce d'Erik Orsenna


"- Qu'est-ce qu'un grand écrivain ?
- Quelqu'un qui construit des phrases, sans se soucier des modes, seulement pour aller explorer la vérité. "

 
Auteur: Erik Orsenna
Edition: Stock
Nombre de pages: 136
Prix: 12,00 €


Synopsis:

" Elle était là, immobile sur son lit, la petite phrase bien connue, trop connue : Je t'aime. Trois mots maigres et pâles, si pâles. Les sept lettres ressortaient à peine sur la blancheur des draps. Il me sembla qu'elle nous souriait, la petite phrase. Il me sembla qu'elle nous parlait :

- Je suis un peu fatiguée. Il paraît que j'ai trop travaillé. Il faut que je me repose.

- Allons, allons, je t'aime, lui répondit Monsieur Henri, je te connais. Depuis le temps que tu existes. Tu es solide. Quelques jours de repos et tu seras sur pied.

Monsieur Henri était aussi bouleversé que moi. Tout le monde dit et répète " Je t'aime ". Il faut faire attention aux mots. Ne pas les répéter à tout bout de champ. Ni les employer à tort et à travers, les uns pour les autres, en racontant des mensonges. Autrement, les mots s'usent. Et parfois, il est trop tard pour les sauver. " 

Mon avis: 

Je n'avais jamais entendu parler de ce roman, jusqu'à ce qu’un ami me le conseille.
Je n'ai pas hésité très longtemps à le lire: un roman au résumé si alléchant ne se refuse pas! 
Surtout que, entre ces pages, les mots prennent vie, et la grammaire devient une chanson douce...
Ce qui est, en gros, le sujet parfait pour les férus de lecture, dont je fais partie -et sûrement toi aussi, lecteur du blog.
Et je ne m'étais pas trompé sur son compte: ce petit livre est une merveille!

Le lire, c'est partir en voyage loin, très loin, sur une île aux couleurs chatoyantes, aux côté de Jeanne, et de son grand frère Thomas.
Ces deux personnages échouent sur une île: mais ils ne peuvent plus parler, la tempête qui a fait chavirer leur bateau leur a retiré tous leurs mots. C'est alors qu'ils font la connaissance de Monsieur Henri, un poète musicien, qui va les guider dans un univers un peu particulier

Cette histoire est parcourue de magnifiques petites illustrations à l'aquarelle, qui donnent, en plus des descriptions de l'auteur, une vision du monde dans lequel évolue Jeanne: un endroit hors du temps, à la limite de la fiction (ou bien carrément fictif, mais mon âme de rêveuse ne veut pas se résoudre à croire qu'un tel lieu ne pourrait exister). Par exemple, les magasins de rimes, de lettres d'amour, une ville des noms...

Comme dans un livre pour enfants, il y a les gentils, ceux qui ont l'amour de la littérature, et les méchants, ceux qui n'y voit aucun plaisir et qui, pour se protéger, s'enferment dans de difficiles règles de syntaxe.
Cette approche ne doit pas vous effrayer, car il n'y a rien de mieux pour désacraliser la grammaire: ce roman la montre sous un jour simple, intuitif, et intelligent.
L'histoire dans laquelle le lecteur entre, ici, le dépouille de ses connaissances scolaires pour ne garder que la douceur, la beauté et le côté ludique de la littérature.

On suit la vie des mots, et leur progression: leurs débuts, lorsqu'ils se marient avec leur adjectif, jusqu'au moment où St-Exupéry les utilise avec virtuosité.

Une ambiance enfantine, au premier abord, certes. Mais néanmoins crue, véridique: les mots ne se cachent pas, ils sont tels qu'ils sont.
Ils deviennent de véritables trésors, et la plume d'Erik Orsenna ne pourra que vous convaincre de l'attention qu'il faut porter aux mots et à leur sens: à la fois poétique, doux, simple et imagée, cette écriture est simplement fabuleuse! 

Laissez-vous porter par l'histoire: vous en ressortirez enrichis, avec une immense soif d'apprendre, et une belle vision de la littérature.



Un très beau roman qui, bien que de petite taille, regorge de secrets, de révélations sur l'écriture, la littérature, qui sont magnifiquement abordés. 
On rentre facilement dans cet univers particulier, qui nous fait comprendre, tout en douceur et en poésie, en musique, en couleur, en rire, l'importance qu'ont les mots, en rendant la grammaire plus abordable, plus généreuse et bienveillante!


 

"Les mots sont les petits moteurs de la vie. Nous devons en prendre soin." 




 

2 commentaires:

  1. J'en ai gardé un excellent souvenir, je crois même qu'il a une (ou plusieurs ?) suite !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai très envie de lire la suite, cet univers m'a tellement plu! ^^

      Supprimer