src="http://www.websiteribbon.com/banner.gif " alt="banner ad"

samedi 31 octobre 2015

La fille de la ville de Boris Lanneau


Auteur: Boris Lanneau
Edition: Sarbacane (Exprim')
Nombre de pages: 293
Prix: 15,50 €
ISBN: 978-2-84865-819-3
Service de presse

Synopsis:

Cinq potes à la vie à la mort, cinq gars de la campagne: c'est "l'Equipe".
Il y a Attila, le chef; Dolby, le petit gros; Dudu, qui conduit la 2-chevaux.
Le quatrième, fou et footeux, c'est Jmenba.
Et le dernier, Rouge-Gorge, le poète.
Cinq gars de la campagne, avec une 2-chevaux et des rêves de "fille de la ville" -cette fille incroyable qui les a tous éblouis l'été dernier. 
Il paraît qu'elle revient. 

Mon avis:

 Merci aux éditions Sarbacane pour cet envoi! :)

J'avais lu pour ce roman des avis tantôt positifs, tantôt négatifs. Je n'étais donc pas vraiment motivée pour cette lecture, d'autant plus que le résumé ne m'attirait pas vraiment; je ne savais pas à quoi m'attendre. J'avais cependant une motivation: "Sur la tête de l'amour", son précédent roman, m'avait beaucoup plu!

C'est l'histoire de 5 amis, "L'Equipe", 5 gars de la campagne, des rêves plein la tête. Soirée à la piscine en entrant par effraction, bagarre entre clans du village, virée dans les boîtes de nuit, après-midi devant la télé... 
Mais depuis que la fille de la ville est revenue, plus rien n'est pareil: à présent, ils ont un but. Eux, les gars de la campagne, avec leurs manières et leurs conversations de mecs, comptent bien tout donner pour être au niveau de ce mystère.
La fille de la ville, c'est un mirage, un objectif qui n'a pas besoin d'être atteint pour exister, pour faire évoluer "L'Equipe".  
J'avoue être restée assez sceptique pendant une bonne partie du livre. 
Le décor rustique du roman, confronté à l'irréel avec cette fille de la ville, invisible, le style général assez particulier, différent: tous ces éléments réunis m'ont quelque peu déstabilisée au début.
 Mais heureusement, peu à peu, je me suis laissée emporter par cette poésie, ce côté détonnant, qui rend ce roman si spécial!

En fait, je n'avais pas compris, le temps que l'histoire se mette en place, que l'auteur voulait raconter la progression d'une carapace qui se défait, de quelque chose qui se crée, symbolisé par ces 5 garçons, qui ont leur histoire, leurs défaites, leurs victoires, et leurs envies.

Ces personnages sont originaux, attachants, et j'ai rapidement apprécié le côté maladroit de leur personnalité: bien qu'ils veuillent jouer les durs, ils ne le sont pas tant que ça. 
Et plus j'avançais, plus je devenais proche d'eux; leurs manières me devenaient familières et plaisantes. 


J'ai eu beaucoup de mal à savoir si j'avais apprécié cette lecture ou pas, et je pense que cela se ressent dans cette chronique: mon avis évolue et change, se nuance... 
C'est quelque chose qui me fait vraiment apprécier de travailler des chroniques sur des romans que je n'ai pas adorés lors de ma lecture; en cherchant mes mots, j'approfondis mon ressenti (petite anecdote du jour bonjour).

Il me semble que c'est une histoire qui peut faire ressentir beaucoup de choses, il faut juste réussir à en voir la richesse. 
Je ne peux que vous conseillez d'essayer, pour voir comment vous, vous réagissez à ce roman, à cette ambiance.

3 commentaires:

  1. C'est exactement ça ! Ta conclusion exprime exactement ce à quoi je pensais mais en moins bien formulé de ma part :D j'ai bien aimé ce livre même si au début ce n'était pas évident de voir ses points forts :)

    RépondreSupprimer
  2. J'ai vu tellement d'avis mitigés/négatifs sur ce roman qu'il ne m'attire pas du tout ! Je passe mon tour pour cette lecture :)

    RépondreSupprimer
  3. Un livre qui a l'air sympa, mais je ne suis pas trop tentée ;)

    RépondreSupprimer